L'horreur économique (extraits) - Merci à Sév'.

Publicado en por djibi



Pour se mettre dans le thème du Café repaire de janvier, je vous propose cet extrait du bouquin de Viviane Forrester, publié alors que le mouvement altermondialiste prennait son envol... On en parle bientôt!


L'horreur économique, V. Forrester, éd. Fayard, 1996  (extrait)


         Pour moi l’Horreur économique découle d’un leurre : nous ne sommes pas dans un temps de crise, mais dans une mutation de civilisation. C’est la première fois que, sur cette planète, l’existence des hommes n’est plus indispensable ni pour la faire fonctionner ni éventuellement pour produire du profit. Le garde fou du nombre d’humains nécessaires est en train de disparaître. On s’aperçoit qu’il y a pire que d’être exploité, c’est de ne plus être exploitable dans une société qui est toujours fondée sur le travail sous forme d’emploi (qui générait cette exploitation). Notre société se veut de plus en plus économique, et dans cette logique on ne nous cache pas que nous en sommes la dépense superflue. Or, bien sûr, en démocratie, on ne fait pas périr des gens, on les laisse dépérir. Dans un régime totalitaire, ce serait, au moins énoncé. Vigilance donc : on peut parler d’entrer en résistance, il en est temps. Si, à l’exploitation par le travail se greffe l’exclusion d’une société toujours fondée sur l’emploi (alors qu’il disparaît) la vie salariée (alors qu’elle disparaît) sous un régime dur on pourrait passer à l’étape suivante : l’élimination. Dans un film, j’ai vu une ouvrière du textile de l’Aisne, jetée comme le sont ceux qui subissent les plans sociaux poser la question : “que pouvons nous devenir alors ? Nous mettra-t-on dans des camps ?”. On parle toujours de rafistoler une ère industrielle révolue qui a disparu au son des mêmes ritournelles : “priorité à l’emploi !” dans les pays du G7 (les 7 pays les plus riches du monde) mais un pays riche n’est pas forcément un pays prospère. Le chômage a doublé entre 71 et 94, et cela empire, mais, sur le fond, on a toujours les mêmes promesses fallacieuses, lesquelles, même si elles étaient tenues, demanderaient des décennies pour qu’il y ait retour à des conditions de vie décentes,...et cela, avec un milliard d’humains de plus dans 10 ans. 

 

      Ce que j’ai voulu dénoncer ce n’est pas la fin de l’emploi, [...lire la suite...]

Etiquetado en Textes de référence

Comentar este post

MadeByMiki 01/02/2010 18:36


Espero con mucho interés el próximo encuentro "Café repaire". Para quién quiera consultar "El Horror económico" en español, os lo podéis bajar de esta página web:

http://www.quedelibros.com/libro/21154/El-Horror-Economico.html

Como siempre este post es muy interesante, seguid así y feliz año nuevo.


djibi 01/03/2010 13:39



Moltes gracies Miki!