Principes pour l'action votés en AG le 12/06

Publicado en por djibi



Principes pour l'action

(Résumé des deux manifestes)

Le 12 juin l'Assemblée Générale de l'Acampada de BCN s'est réunit et a voté deux textes dont voici un résumé.

Le premier texte est une déclaration de principes, intitulée “Principes pour un début non terminé; engagements pour éradiquer notre mal-être” où sont énumérées les principales raisons pour lesquelles le mouvement existe tel qu'il est et où sont reprises les quatre engagements principaux sur lesquels il a été décidé de travailler.

En premier lieu le mouvement s'engage à étendre et à approfondir dans tous les aspects de la vie sociale, ce qu'ils sont en train d'apprendre au cours de ces jours et nuits passées sur la Place. Le mouvement s'engage également à intervenir dans toutes les décisions dénoncées ces derniers jours (expulsions, licenciements massifs, répression policière ou judiciaire, abus bancaires etc.). En troisième lieu le mouvement s'engage à mettre en pratique de nouvelles expériences sociales qui posent les bases d' une alternative globale autogérée, qui nous rendent ce qui nous a été ôté. Enfin le mouvement s'engage à assumer ces engagements tout en étant conscients de leurs limites et reconnait qu'ils pourront les assumer en fonction de leurs possibilités.

La conclusion de ce texte appelle à la responsabilité individuelle de chacun pour respecter ces engagements, lesquels en seront pas soumis au consensus de l'Assemblée Générale.

 

Le deuxième texte adopté par l'Assemblée s'intitule “Premières mesures pour une vie digne”. Y sont également résumées en introduction les principales raisons du mouvement: précarisation et détérioration des conditions de vie, causées par le capitalisme, victime de ses contradictions internes et surtout absence de volonté de la part de la classe politique d'exercer sa fonction de service publique, sinon au contraire soumission des dirigeants au pouvoir économique exercé par les banques et le capital spéculatif. Face au scandale de cette situation de crise, où les inégalités s'accentuent, le mouvement exposent dans ce document les principales domaines d'action.

Tout d'abord dans le monde du travail, au moyen de mesures telles que la congélation des licenciements collectifs, la dérogation de la réforme des pensions ou de la réforme du travail, la réduction du temps de travail sans réduction du salaire, etc.

Les mesures proposées concernent également le domaine du logement, avec un arrêt total des expulsions, la réduction de la dette hypothécaire en fonction de la valorisation objective du logement...

Pour ce qui est du système bancaire il est proposé la création d'une banque publique sous contrôle communautaire effectif à partir de la nationalisation des institutions financières ayant bénéficié de fonds publics, ou le remboursement des “sauvetages” apportés par l'Etat aux entités financières non nationalisées, entre autres.

Une autre série de mesures concerne la fiscalité où est proposé, entre autres, une Réforme fiscale progressive qui restructure les niveaux d'impositions directes et indirectes; l'augmentation drastique des impôts sur les grandes fortunes ou un contrôle strict de l'évasion d'impôts.

Dans le domaine des services publiques les propositions vont du secteur de la santé, de l'éducation, la culture, en passant par la science, la recherche et l'innovation, la formation ou les moyens de communications et les télécommunications, ou encore la justice, l'Intérieur et la Défense, les Transports, les entreprises publiques, et les politiques économiques.

Une autre série de propositions englobent l'environnement, la septième série de propositions concerne la participation communautaire dans le fonctionnement des institutions publiques.

Enfin le huitième et dernier domaine d'actions va vers l'élimination des privilèges des politiques, syndicalistes et représentants religieux, tels que le nivellement de leurs salaires, ou la dérogation du Concordat avec l'église catholique.

La conclusion du texte insiste sur l'importance du contrôle communautaire, comme outil pour la transformation du système politique, économique et social. Ce système doit se développer pour garantir le déploiement des procédés d'auto-organisations en assemblées et en commissions, villes, villages et quartiers, centres de travail et d'étude comme base et plateforme de la société future.

 

Etiquetado en 15M Indignad@s

Comentar este post